Forrest Gump

« La vie c’est comme une boîte de chocolat : on ne sait jamais sur quoi on va tomber. » Voilà l’une des répliques les plus célèbres de Tom Hanks, qui s’est fait connaître un an plus tôt pour son rôle dans Philadelphia, et qui joue ici, dans le film Forrest Gump, le personnage éponyme. Si Forrest ne devait pas parler de la vie mais de son film, il aurait certainement dit : « Ce film, c’est comme une boîte de chocolat : il y en a pour tous les goûts à l’intérieur, et chacun y trouve son compte. » Comédie dramatique à la fois légère et profonde, féerique mais empreinte d’Histoire, cet improbable oxymore n’aura pas volé les six Oscars (meilleur film, meilleur réalisateur, meilleur scénario adapté, meilleur acteur, meilleur montage, meilleurs effets visuels) et ses trois Golden Globes (meilleur film dramatique, meilleur réalisateur, meilleur acteur dans un film dramatique) qui lui sont décernés en 1995 (sans parler des sept autres nominations aux Oscars et quatre autres aux Golden Globes).

Forrest est un homme sociable et ouvert, qui raconte son histoire aux passants qui attendent le bus et qui se succèdent sans que notre héros ne perde son fil. Dans sa jeunesse il n’était pas très populaire, car simple d’esprit et pratiquement handicapé moteur. Il avait une seule amie qui semblait être aussi gentille et tourmentée que lui, Jenny. Son originalité lui a fait suivre un parcours de vie totalement atypique, et bien souvent malgré lui Forrest a su transformer ses différences ou ses faiblesses en atouts. Tantôt champion sportif, soldat, capitaine de crevettier ou milliardaire, il a toujours eu le don de marquer les gens qui l’ont rencontré, et quoi qu’il fasse, même involontairement, il influe toujours sur la société : on apprend comment il crée le smiley après avoir couru des centaines de kilomètres sans s’arrêter, comment il a rendu Elvis Presley célèbre, ou encore comment il s’enrichit grâce à l’entreprise fruitière (du moins le croit-il) Apple dont il est devenu actionnaire un peu par hasard. L’une des principales trames du récit, celle qui donne toute l’intensité émotionnelle de la fin du film, est l’histoire amoureuse de Forrest, mouvementée et difficile.

A l’instar d’un Big Fish ou d’un Alice au pays des Merveilles, ce film nous plonge dans un univers décalé et improbable, retraçant un parcours surréaliste qui ravit les amateurs du genre. Cependant le secret du succès de Forrest Gump est sa contextualisation qui lui donne une identification plus profonde : tout au long du récit on peut suivre l’histoire des Etats-Unis pendant la seconde moitié du XXe siècle, reprenant des faits marquants et les intégrant à l’histoire du protagoniste. Même si certains ont décrié cette réécriture de l’Histoire en l’associant aux agissements d’un simple d’esprit, il est impossible de nier que l’audace dont a fait preuve ici Robert Zemeckis est une délicieuse prouesse, instillant une certaine critique des idéaux américains comme le patriotisme ou des événements comme l’affaire Watergate. L’humour du film repose essentiellement sur du comique de situation, tirant sur l’humour absurde par moments, et en parallèle Forrest Gump sait également toucher de par son intensité dramatique, présente du début à la fin en dépit des scènes cocasses qui dérident et rendent le spectacle agréable. Les thèmes abordés avec légèreté sont parfois sombres (le racisme, l’exclusion, la guerre), et Tom Hanks émeut indubitablement de par le charisme de son jeu, appuyé par des seconds rôles extrêmement crédibles (Robin Wright, Gary Sinise) et la musique d’Alan Silvestri, discrète mais splendide.
En somme, voilà un film adapté à tous les types de publics, qui peut aussi bien vous faire rire, rêver, ou même pleurer. Et qui ne manquera pas de vous faire réfléchir sur la manière d’appréhender la politique, la religion ou même l’Histoire.

« Life is like a box of chocolate, you never know what you are gonna get. » is one of Tom Hanks’ most famous quote. Hank had become internationally famous the prior year as the leadinPhiladelphia and playedinForrest Gump the eponymous character. If Forrest Gump had to talk about his movie and not life, he would probably have said: “this movie is like a chocolate box; you can have any taste you like and everyone is happy with it”. This comedy-drama is simultaneously soft and deep, extraordinaryyet marked by History; it is an unlikely oxymoron that really deserved the six Academy Awards it got(best director, best film editing, best picture, best visual effect, best adapted screenplay, best performance by an actor in a leading role) as well as the three Golden Globes (best actor – motion picture drama, best director – motion picture, best motion picture – drama) that it won in 1995 (and I don’t count its seven others Academy Awards nomination and four others Golden Globes).

Forrest is a sociable and open-minded man, who tells people who are waiting for a bus his story, even if these people are not willing to listen and are leaving one after the other. When he was younger he was not very popular because he was simple-minded. He only had one friend, Jenny, and she seemed to be as kind and tormented as he was. His originality got him to have an out of the ordinary life, where Forrest’s differences often became involuntarily assets to him. At some point, he was sport champion, at some other point soldier, a shrimper owner and even a billionaire, and as he has always had an effect on the people he met; he always had an effect on the society. For instancehe inspired the creator of the smiley face by running hundreds of miles without stopping or how he gave Elvis Presley the tools to become famous. Yet one of the main plot devices of the story gives all the emotional intensity of the movie end: Forrest’s hard love story.
Like Big Fish or Alice in Wonderland, this movie gets us in an improbable world, following a surrealistic course. However the key toForrest Gump’s success is its contextualization that gives it a deeper identification: the movie follows the History of American during the second half of the twentieth century. It takes important historical facts and puts Forrest in the middle. Even if many people disapproved this historical rewriting with an “idiot” causing revolutions, nobody can deny that Robert Zemeckis directed a delicious movie that criticizes the American ideals like patriotism or events like the Watergate scandal. Forrest Gump’s humor is mainly based on situational humor, sometimes on the absurd, but this movie touches also with its dramatic force. Its themes are pretty dark (racism, exclusion, war) and Tom Hanks reaches everybody with his game. H e is helped by some extremely credibly supporting leads (Robin Wright, Gary Sinise) and Alan Silvestri’s music, which is discreet but splendid.
As a conclusion, this is a movie that everyone can (and must) see, a movie that will make you laugh, dream, cry and think about how you need to see politics, religion or History.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

  • Ils nous soutiennent

%d blogueurs aiment cette page :