Autant en emporte le vent – Gone with the wind


Contexte

Autant en emporte le vent (Gone with the Wind) est un film américain de Victor Fleming réalisé en 1939 et adapté du roman éponyme de Margaret Mitchell (sortit le 30 juin 1936, le livre atteignit cette même année le million d’exemplaires vendus et fut récompensé du prix Pulitzer l’année suivante).
Il raconte l’histoire de la jeune Scarlett O’Hara et du cynique Rhett Butler sur fond de guerre de Sécession. Écrit par le scénariste Sidney Howard, il a reçu huit Oscars dont celui du Meilleur film et du Meilleur réalisateur.

‘As God is my witness, I’ll never be hungry again’

(‘Je jure devant Dieu que je ne connaîtrai jamais plus la faim!’, Scarlett O’Hara)

Synopsis

En 1861, dans l’Etat sudiste de Georgie (Etats-Unis). Scarlett O’Hara (fille de Gerald O’Hara, irlandais d’origine) est une jeune fille de la haute société sudiste dont la famille possède une grande plantation de coton appelée Tara. Mais la fière Scarlett n’est pas plus intéressée par la récolte de coton que par la guerre, qu’elle sait imminente depuis que onze Etats du Sud ont fait sécession. Courtisée par tous les bons partis du pays, Scarlett O’Hara n’a d’yeux que pour le jeune aristocratique Ashley Wilkes. Ce dernier est cependant promis à sa cousine, la vertueuse Melanie Hamilton. Scarlett cherche à tout prix à le séduire mais à la réception des Douze Chênes c’est du cynique et controversé Rhett Butler qu’elle retient l’attention…
Alors que la guerre de Sécession éclate, Scarlett doit pourtant faire face à une situation tragique, sauvant sa famille grâce à sa force de caractère et au soutien de l’élégant et ténébreux Rhett Butler, faux héros sudiste qui lui avoue n’être qu’un profiteur de guerre.
Se noue dès lors entre ces deux caractères forts et orgueilleux un lien tout aussi passionné qu’ambigüe qui formera l’une des histoires d’amour les plus épiques du cinéma.
‘Frankly, my dear, I don’t give a damn’

(‘Franchement, ma chère, c’est le cadet de mes soucis’, la fameuse phrase finale de Rhett Butler, plutôt osée pour l’époque dans la version originale)

Pourquoi ce film est mythique… !

Lorsque David O. Selznick annonce son intention d’adapter à l’écran le best seller de Margaret Mitchell situé durant la guerre de sécession, Victor Flemming lui dit : « ce film va être le plus gros éléphant blanc jamais vu » : superproduction spectaculaire, -l’incendie d’Atlanta, les milliers de soldats gisant sur le champ de bataille qu’arpente Scarlett O’Hara, la réception somptueuse à Twelve Oaks- le film nous plonge, grâce à des prouesses techniques pour l’époque, dans le mythe du vieux sud aristocratique.
Ainsi, c’est le film, à l’époque, le plus coûteux de l’histoire du cinéma mais qui sera aussi, grâce à son succès planétaire, le film le plus rentable de tous les temps (1,25 milliard de recettes.).

Il obtient 8 Oscars -Oscar du meilleur film, de la meilleure actrice Vivien Leigh, du meilleur second rôle féminin Hattie Mc Daniel (1er oscar attribué à un acteur ou une actrice noire), du meilleur réalisateur, du meilleur scénario, de la meilleure photographie, du meilleur montage, de la meilleure direction artistique…
Il est considéré par l’American Film Institute comme le quatrième meilleur film américain de l’histoire du septième art et figure en quatrième position au palmarès historique des films les plus vus en France

A VOIR ABSOLUMENT !!: Si l’adaptation cinématographique a du changé quelques éléments par rapport au livre (de nombreux personnages non essentiels à l’intrigue ont été supprimés dans le film), le film reste très fidèle à l’œuvre de Margaret Mitchell, surtout dans les caractères des personnages de Rhett et Scarlett (le plus important !)
Quelle plaisir donc de regarder cette grande épopée romanesque condensée en 3h44 et surtout superbement interprété par Clark Gable et Vivien Leigh ! Rien que pour ce couple mythique du cinéma, même si l’histoire ne s’y réduit pas, ce film un classique monumental et intemporel du cinéma qui n’a pas fini de faire rêver… 

‘After all, tomorrow is another day!’ (‘Après tout, demain est un autre jour!’, Scarlett)

Anecdotes du Tournage
• Les personnages de Rhett, Melanie et Ashley ont été distribués rapidement, notamment celui de Rhett, pour lequel Clark Gable a été très vite réclamé par le public. Celui de Scarlett a en revanche posé problème très longtemps, si bien que le tournage du film a commencé sans héroïne. Tous les grands noms de l’époque ont auditionné pour le rôle, mais c’est finalement une relative inconnue, Vivien Leigh, qui emporte la mise au dernier moment.
Le public est au début réfractaire à l’idée qu’une Britannique incarne la sudiste Scarlett, mais les habitants du Sud finissent par accepter ce choix car, disent certains, « mieux vaut une Anglaise qu’une Yankee ! ».
• Les lois raciales de l’époque empêchèrent Hattie McDaniel d’assister à la première du film à Atlanta le 15 décembre 1939. Clark Gable refusa dans un premier temps de se rendre à la première du film si Hattie en était exclue, mais cette dernière le convainquit d’y participer. Cependant, l’esprit ségrégationniste de l’époque n’empêcha pas Hattie McDaniel de recevoir l’Oscar du Meilleur second rôle féminin.
Le producteur David O. Selznick, lui-même juif, refusa d’ailleurs toute allusion raciale envers les Noirs dans la mesure du possible, donnant comme raison les lois anti-juives qui sévissaient en Europe.
• Afin de conserver l’image de jeune fille prude de l’héroïne, la production interdit à l’actrice Vivien Leigh de rencontrer son compagnon Laurence Olivier durant le tournage et ce jusqu’à la première.

 

Gone with the Wind

Context

Gone with the Wind is Victor Fleming’s American movie realized in 1939 and adapted from Margaret Mitchell’s novel (went out on June 30th, 1936, the book reached the same year the million sold copies and was rewarded for the Pulizer prize the next year).
He tells the story of the young Scarlett O’ Hara and the cynic Rhett Butler on the background of American Civil War. Written by the scriptwriter Sidney Howard, it received eight Oscars, including the Best movie and the Best director.

‘As God is my witness, I’ll never be hungry again’
(Scarlett O’Hara)

Synopsis

In 1861, in the Confederate State of Georgie (United States). Scarlett O’ Hara (Gerald O’ Hara’s daughter, Irish of origin) is a girl of the high Confederate society whose family possesses a big cotton plantation called Tara. But the proud Scarlett is not more interested in the cotton harvest than in the war, that she knows imminent since eleven States of the South seceded. Courted by all good matches of the country, Scarlett O’ Hara has eyes only for the aristocratic young Ashley Wilkes. This one is however promised to his cousin, the virtuous Melanie Hamilton. Scarlett tries at all costs to seduce him, but at the Twelve Oaks reception, she only holds the attention of the cynical and controversial Rhett Butler…
But while the American Civil War bursts, Scarlet has to face a tragic situation, saving her family thanks to her strength of character and to the support of the elegant and dark Rhett Butler, false Confederate hero who admits to her that he is no more than a war profiteer.
From then on, a bound as passionate as ambiguous is formed between these two strong and proud characters which will constitute one of the most epic love stories of cinema.

‘Frankly, my dear, I don’t give a damn’

(Rhett Butler’s famous finale cue)

Why this movie is mythical…!

When David O. Selznick announced his intention to adapt to the screen Margaret Mitchell’s best-seller, situated during the American Civil War, Victor Flemming said to him:  » this movie is going to be the biggest white elephant ever seen « : spectacular blockbuster, – the fire of Atlanta, thousands of soldiers being lying on the battlefield, the luxurious reception of Twelve Oaks- the movie plunged us, thanks to technical exploits for that time (especially the use of Technicolor), in the myth of the old aristocratic South.
Thus, it is the movie, at that time, the most expensive of the history of cinema but that will also become, thanks to its global success, the most profitable movie of all time (1,25 billion revenues.).

It obtained 8 Oscars – for Best Film, best actress Vivien Leigh, best feminine supporting role Hattie Mc Daniel (1st Oscar awarded to a black actor or actress), best director, best scenario, best photography, best editing), best artistic direction …
It is considered by the American Film Institute as the best fourth American movie of the history of the cinematographic art and appears in the fourth position in the list of movies the most seen in France.

TO SEE ABSOLUTELY!!: If the film adaptation had to change some elements from the book (as non essential characters in the intrigue that did not appear on the movie), the film remains very faithful to Margaret Mitchell’s work, especially concerning the characters of Rhett and Scarlett (what matters most!!)
What a pleasure to watch this famous romantic and epic story condensed in 3:44 and especially magnificently interpreted by Clark Gable and Vivien Leigh! Only for this mythical couple of cinema, even if the story is not reduced to it, this movie is a monumental and timeless classic of cinema which will continue to make us dream for a long time…

‘After all, tomorrow is another day!’ (Scarlett)

Shooting Events

• The characters of Rhett, Melanie and Ashley were quickly distributed, especially Rhett’s one, for whom Clark Gable was very fast demanded by the public. Scarlett’s one, on the other hand, raised problem for quite a long time, so much so that the shooting of the movie began without heroine. All the big names of that time auditioned for the role, but it is finally a relative unknown, Vivien Leigh, who took the stake at the last moment.
At the beginning, the public was reluctant at the idea that a British (Vivien Leigh) embodies the Confederate Scarlett, but the inhabitants of the South eventually accepted this choice because, said some people,  » it is better an Englishwoman than a Yankee! « .
• The racial laws of that time prevented Hattie McDaniel from attending the premiere of the movie in Atlanta on December 15th, 1939. Clark Gable refused at first to go to the premiere of the movie if Hattie was excluded from it, but the actress convinced him to participate anyway. However, the segregationist spirit of that time did not prevent Hattie McDaniel from receiving the Oscar of the best feminine supporting role.
Besides, the producer David O. Selznick, himself Jew, refused any racial allusion to the Blacks as much as possible, giving as reason the anti-Jewish laws which raged in Europe.
• In order to preserve the prudish image of the heroine, the production forbade the actress Vivien Leigh to meet her lover Laurence Olivier during the shooting and this until the premiere of the film!

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

  • Ils nous soutiennent

%d blogueurs aiment cette page :