Buried


Synopsis :

Paul se réveille, enterré dans une boîte avec pour seule liaison vers l’extérieur un téléphone portable. Il lui reste très peu de temps pour découvrir ce qui lui est arrivé et tenter de s’en sortir.
_________________________________________

Critique :

L’idée est simple : un homme, un téléphone mobile, une lampe torche et un couteau. Le tout dans une boîte, un cercueil de fortune enseveli sous plusieurs dizaines de mètres cube de sable, au beau milieu du désert irakien. Personne n’aurait cru que l’on pût en faire un film de 90 minutes ; Rodrigo Cortes a relevé le défi. De ce point de vue c’est un succès indéniable car la réalisation est très belle, vraisemblable, et le jeu de Ryan Reynolds est tout à fait convaincant. Mais il ne suffit pas qu’un film soit bien fait pour être bon…
La constante obscurité dans laquelle on est plongé étant un premier obstacle à une accroche efficace, il s’installe dès le début une distance infranchissable entre le spectateur et l’écran. Cette distance empêche hélas une immersion totale et amoindrit le spectacle, tant et si bien que les péripéties se succèdent sans jamais être pleinement émouvantes. Même la trame politique et morale qui se façonne au fil du temps, même la chute magistrale suscitent une indifférence marquée au lieu de l’effet escompté ! On sort de la salle en se disant : « Oui, il s’est passé ça, c’est incroyable. Et alors ? »
En somme, Buried est une colossale figure de style de belle facture que nous ne manquerons pas d’apprécier pour sa finesse, mais en aucun cas un film au sens où le public l’entend le plus souvent – à savoir un divertissement – : il fait réfléchir davantage que s’évader.

Note : 4,5/10

Synopsis:

Paul wakes up. He is buried in a box with a cellphone for only link to outside. He has only a little time left to discover what is happening and to save his life.
____________________________________________

Critic:

This movie’s idea is simple: just one man with a mobile phone, a flashlight and a knife, buried in Iraq in a box like a makeshift coffin. Nobody believed that it could be a 90 minutes movie; Rodrigo Cortes accepted the challenge. To this point of view it is a real success because the direction is beautiful and likely, Ryan Reynolds’ game is obviously convincing. However a well-made movie is not necessarily a good movie…
We are in a constant darkness, and this is the main reason it is not as catchy as expected, so an impassable wall rises up between spectator and screen. Unfortunately it precludes a total immersion and it lessens the performance: there are many adventures but no one is actually moving. Even politic and moral frame arouses an incredible indifference instead of the expected effect, so does the masterly end! You just go out of the theatre and think: “Yes, that happened, and that is incredible. And then?”
To conclude, Buried is a colossal, well-made stylistic device which everyone should appreciate for its direction, but it will not be appreciate as an entertainment: it makes us thinking, and that is all.

Mark: 4,5/10

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

  • Ils nous soutiennent

%d blogueurs aiment cette page :