Outrage


Synopsis :

Trois clans yakuza se disputent les faveurs du parrain de la mafia japonaise dans une valse folle de coups bas et de traîtrises. Le chef de l’un de ces clans, Otomo, suit avec amertume la dégradation des méthodes et des valeurs de ses pairs.
_________________________________________________

Critique :

Grand retour de TakeshiKitano à la fois comme acteur et réalisateur dans le genre qu’il affectionne par-dessus tout, Outrage est un film sur les Yakuza assez particulier. Même s’il use toujours des mêmes ficelles (haine, lux(ur)e, violence – certaines scènes sont d’un réalisme qui en dérangera plus d’un), un nouvel élément vient renouveler le genre : la stratégie. En effet, la vraie force de ce film réside dans l’attitude du parrain de la pègre, lequel dresse subtilement ses subordonnés les uns contre les autres en leur promettant davantage de pouvoir. C’est avec une quasi-indifférence qu’il regarde les clans s’entredéchirer pour des chimères, le préservant a priori d’un éventuel complot.
Outre la mise en place de cette brillante stratégie, la mise en scène sobre et efficace sied tout à fait à l’esprit yakuza ; même si la musique se fait parfois trop rare et laisse parfois une sensation de manque, la patte japonaise est bonne. En revanche le jeu des acteurs est assez inégal. La prestation de Kitano est fidèle à sa réputation : un air flegmatique voire blasé, le visage impassible quoiqu’envahi par d’intempestifs tics nerveux ; mais certains personnages secondaires manquent parfois de crédibilité, ce qui est dommage.
Ce film bien mené du début à la fin ravira donc les amateurs du genre en satisfaisant leurs attentes et en offrant une valeur ajoutée intéressante, mais cela n’en fera pas pour autant le film de l’année.

Note : 6/10

Synopsis:

Three yakuza gangs fight for the Japanese mafia godfather’s favors in a crazy waltz made of blows below the belt and unreliability. One of these gangs’ chief named Otomo follow with bitterness the degradation of his peers’ methods and values.
_______________________________________

Critic:

This is a great coming back by Takeshi Kitano, as an actor and as a director, in the genre he likes chiefly. Even if it uses always the same tricks (hatred, luxury, lust, violence – many scenes are really disturbing), it gets also a new asset: strategy. This movie’s main strength comes from the attitude of the underworld’s godfather, which raises subtly his subordinates some against the others by promising to them more power. He watches clans tearing to pieces for fancies with a quite complete indifference.
Besides the implementation of this brilliant strategy, the sober and effective direction fits effectively to the yakuza spirit; even if music is not present enough and leaves sometimes a sensation of lack, Japanese style is good. On the other hand the game of actors is rather uneven. Kitano’s performance is faithful to its reputation, but many minor characters have not so much credibility, what is a pity.
This well-led movie will thus delight the amateurs of the genre by satisfying their expectations and by offering an interesting added value, but it will not be the movie of the year anyway.

Mark: 6/10

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

  • Ils nous soutiennent

%d blogueurs aiment cette page :