Lullaby


Mélodrame français (langue anglaise) de Benoît Philippon avec Rupert Friend, Clémence Poésy et Forest Whitaker, (apparition du chanteur Charlie Winston), 1h43.
Synopsis :

Sam est libraire le jour et musicien de jazz la nuit. Le jour où il perd la femme de sa vie, Joséphine, son existence n’a plus de sens…Jusqu’à sa rencontre incongrue avec une jeune femme espiègle et mystérieuse prénommée Pi, qui devient alors synonyme de renaissance. Peu à peu, une étrange relation se noue entre eux à travers la porte d’une salle de bains…
___________________________________________________________________________

Notre avis :

Pour son premier long métrage, le réalisateur Benoît Philippon a voulu renouveler le genre mélodrame en signant ici une œuvre personnelle et poétique. Si le film n’a rien d’original sur le fond, que ce soit du point de vue de l’histoire d’amour compliquée ou du travail sur le deuil, Lullaby (‘berceuse’) c’est avant tout une ambiance. D’abord musicale, avec le jazz omniprésent, cette musique synonyme de vie pour Sam, enivrante et qui s’accorde à merveille au climat irréel du film. Ensuite c’est surtout à travers la beauté des images que ce film nous séduit, grâce aux jeux de clair-obscur, des couleurs chaudes, des décors et tenues intemporels… Il se dégage de Lullaby un parfum des 50’s et du film noir, une ambiance enfumée qui en fait une œuvre romantique hors du temps.
On pardonne donc au film certains clichés du genre, les quelques longueurs dont il souffre et le jeu pas toujours juste de Rupert Friend. On se laisse emporter par la magie ambiante, par le charme de Clémence Poésy et par le jeu de Forest Whitaker dont le personnage donne au film une touche de légèreté bienvenue.
Bref, Lullaby c’est un film à voir mais plus à ressentir qu’à analyser.
__________________________________________________________________________________

Note : 6/10

French melodrama directed by Benoît Philippon, starring Rupert Friend, Clémence Poésy, and Forest Whitaker, 1h43.
Synopsis :

Sam is a bookseller in the daytime and a musician of jazz at night. When he loses the woman of his life, Joséphine, his existence does not have sense anymore…Until his improper meeting with a roguish and mysterious young woman named Pi, who becomes then synonymic of revival. Little by little, a strange relation is shaped between them through the door of a bathroom…
__________________________________________________________________________________

Critics :

For his first film, the director Benoît Philippon wanted to renew the melodrama genre by signing here a personal and poetic work. If the movie has nothing original on the bottom, whether it is from the point of view of the complicated love story or of the work on the mourning, Lullaby (‘rocking chair’), it is above all an atmosphere. At first musical, with the omnipresent jazz, the music of life for Sam, intoxicating and who agrees marvelously in the unreal climate of the movie. Then it is especially through the beauty of the images that this movie seduces us, thanks to the sets of twilight, warm colors, timeless decorations … It emanates from Lullaby a perfume of 50’s, a smoky atmosphere which makes it a romantic timeless work.
Thus, we forgive the movie certain clichés of the genre, some length from which it suffers and Rupert Friend’s interpretation, which is not always just. We just let go and enjoy the ambient magic…
In a nutshell, Lullaby is worth to be seen but more to feel than to analyze.
__________________________________________________________________________________
Mark : 6/10

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

  • Ils nous soutiennent

%d blogueurs aiment cette page :