Matrix


Genre : Science-fiction (1999)
Réalisation et scénario: Andy & Larry Wachowski (Etats-Unis)
Durée : 135 minutes
Distribution : Keanu Reeves (Néo ou Thomas Anderson, ‘l’Elu’), Carrie-Anne Moss (Trinity), Laurence-Fishburne (le génialissime Morpheus !), Hugo Weaving (l’agent Smith)…
Premier volume d’une trilogie qui se poursuivra avec Matrix Reloaded et Matrix Revolutions.
Synopsis « Bienvenue dans le monde réel »

Thomas A. Anderson est un jeune homme à la vie banale, informaticien au sein d’un leader mondial du software et citoyen anonyme d’une grande cité moderne. En tout cas le jour. Car la nuit, Thomas devient Néo, un hacker renommé. Il découvre qu’Internet cache un autre réseau, bien plus complexe. Intrigué par ce réseau et perplexe face à ses étranges rêves, où il se voit prisonnier, cloîtré avec des électrodes enfoncées dans le crâne, Néo est en quête de savoir…
C’est alors qu’il est contacté via son ordinateur par ce qu’il pense être un groupe de pirates dirigé par un certain Morpheus qui prétendent lui montrer ce qu’est la ‘Matrice’. Néo fait dans le même temps la rencontre de la mystérieuse Trinity –une jeune femme qui semble défier les lois de l’apesanteur-, qui le mène jusqu’à Morpheus.
De là, il va découvrir que le monde dans lequel il vit n’est pas réel et qu’il vient juste de se «réveiller » d’un univers virtuel dans lequel les humains sont gardés sous contrôle.
Morpheus explique alors à Néo qu’il pense avoir trouvé en lui l’ »Elu », le ‘bug’ du système, celui qui libèrera le monde de la « Matrice »…
« Réveilles-toi Néo, tu es dans la Matrice. Suis le lapin blanc» (Morpheus)
La question est : voulez-VOUS y entrer (choix de la pilule rouge) ou garder l’illusion -ou le suspense- (choix de la pilule bleue) ?

Vous avez maintenant choisi la pilule rouge.
A partir de maintenant il ne vous est plus possible de revenir en arrière : vous connaîtrez le secret de la matrice…

A l’aube du XXI siècle, l’homme dans sa grande arrogance met au point l’Intelligence Artificielle. Bientôt, les machines prennent le pouvoir après s’être aperçu du fait que le corps humain produit suffisamment de bioélectricité pour assurer leur autonomie totale. Ainsi, les êtres humains sont cultivés dans d’immenses champs et nourris en intraveineuse par la matière décomposée de leurs morts.
L’humanité subsiste ainsi jusqu’au point de départ temporel du film, au XXIIe siècle. Chaque corps est branché en permanence sur la Matrice via des connexions directes dont leur corps a été doté à la naissance, et leur cerveau est relié à un système générant une illusion de réalité, à savoir le monde dans lequel nous vivons aujourd’hui.
Morpheus est le meneur de la rébellion contre cette AI et voit en Néo (anagramme de (The) One en anglais, et préfixe grec signifiant « (l’) Elu ») le sauveur que la communauté de Zion -survivant dans le monde réel- attendaient.
Pourquoi ce film a-t-il marqué toute la cyber-génération naissante que nous représentons ?

Inspirée entre autres du film d’animation Animatrix, probablement de livres d’anticipation, d’éléments empruntés à Tron (1982, ‘Mr. Anderson’ y est déjà un programmeur) avec un thème central (les machine dominant le monde futur) à la Terminator (1984), la Matrice n’est donc pas née ex-nihilo des frères Washowski.
Si le propos n’est pas si révolutionnaire qu’il ne le laisse entendre, le génie du film repose en fait sur son intelligence à avoir su associer si bien la forme au fond !
Rarement les effets spéciaux (‘oscarisés’ et novateurs pour l’époque, avec l’utilisation de la nouvelle technique du ‘bullet time’) n’ont eu autant de sens, symboles d’un monde irréel donc que l’on peut remodeler à son goût sans retenue.
Un film qui envoûte donc par son esthétique, mais surtout qui captive par la richesse de son propos, qui fascine par la force de son sens…

Une MISE EN ABYME VERTIGINEUSE

C’est ce qui nous marque le plus : Une fois terminée, l’action écoulée, voilà ce qu’il vous reste : le doute… de votre propre existence dans ce monde-ci.
« Comment définir le réel ? Ce que tu ressens, vois, goûtes ou respires, ne sont rien que des impulsions électriques interprétées par ton cerveau. » (Morpheus)
Mais le questionnement va plus loin : alors que les jeux virtuels explosent en 1999 à la sortie du film, c’est toute notre attirance pour la virtualité -jusqu’à oublier le réel- que soulignent ici les frères Washowski ! L’illusion est bien séduisante comparée au cauchemar qu’est devenue la réalité de la Matrice : Mais qu’en est-il de notre société matérialiste à nous, aujourd’hui : le film n’est-il pas aussi la critique déguisée de notre monde actuel ? On frissonne… mais plus de défi que de peur…

Le MYSTIQUE de la SAGA MATRIX

L’affrontement continu de Néo/ Smith apparaît en effet comme le symbole d’une lutte contre le déterminisme, l’uniformisation, synonymes de stérilité, de mort, et pour la liberté, la diversité, synonymes de vie et d’avenir.
Matrix fait appel à de nombreuses références mystiques et philosophiques connues et souvent intériorisées. La plus évidente qui structure Matrix de bout en bout, est celle de l’allégorie de la Caverne (Platon), où l’homme « se réveille », contemple la Vérité et décide de « redescendre » dans l’illusion pour essayer de réveiller ceux toujours endormis. Symbole du rêve et de l’illusion : Morpheus (Morphée divinité des rêves), le lapin blanc d’Alice aux pays des merveilles… Symbole du Salut de l’humanité : la notion d’éveil inspirée du bouddhisme, la Bible (messianisme avec l’élu, les noms Trinity –Trinité-, Nebuchadnezzar -Nabuchodonosor- et Zion -Sion-)…
Le film a d’ailleurs suscité un livre de philosophie : Matrix, machine philosophique.

« Pourquoi j’ai mal aux yeux ? –Tu vois clair pour la première fois » (Néo-Morpheus)
A l’instar de Néo, on est alors attiré par ce monde inconnu qui nous semble pourtant familier. On s’identifie à ce personnage à la fois quelconque et qui devient icône : on suit à ses côtés, dans les 3 opus, son cheminement dans cette lutte pour le Bien où l’amour semble être la seule arme salvatrice dans un monde techno-matérialiste… Ainsi, face à cette vision alarmiste et cauchemardesque du futur, on est un peu rassuré de savoir qu’il y a toujours une résilience humaine : pas de fatalité !
Dommage que les deux suites Reloaded et Revolutions n’aient pas été à la hauteur de la réflexion impulsée par le premier opus.

Mais Matrix reste cependant une œuvre visionnaire, notamment par l’élaboration d’un propos riche en parfaite adéquation avec l’esthétique impeccable : le cinéma a atteint ici son aboutissement.
Ne ratez pas cette expérience, The Matrix has you !

Lise

______________________________________________________________________________________________________

MATRIX

Science Fiction (1999)
Written and Directed by Andy & Larry Wachowski (USA)
Running Time : 135 minutes
Cast: Keanu Reeves (Neo or Thomas Anderson, ‘The Chosen one’), Carrie-Anne Moss (Trinity), Laurence Fishburne, (Morpheus), Hugo Weaving (Agent Smith) …
First volume of a trilogy that will continue with Matrix Reloaded and Matrix Revolutions.

Synopsis « Welcome to the real world »

Thomas A. Anderson is a young man with an ordinary life, a computer engineer in a global software company and anonymous citizen of a big modern city. At least the day. At night, Thomas becomes Neo, a renamed hacker. He discovered that the Internet hides another network, much more complex. Intrigued by this network and perplexed by his strange dreams, where he becomes a prisoner, cloistered with electrodes embedded in the skull, Neo is in search of knowledge …
He is then contacted via his computer by what he feels is a group of hackers led by a Morpheus who pretend to show him what the ‘Matrix’ is. Neo meets, at the same time, the mysterious Trinity-a young woman who seems to defy the laws of gravity- who leads him to Morpheus.
From there, he discovers that the world in which he lives is not real and that he has just « waken up » from a virtual universe where humans are kept under control.
Morpheus then explains to Neo that he believes he has found in him the « Chosen One », the ‘bug’ in the system, that will free the world from the « Matrix »…
« Wake up Neo, you’re in the Matrix. Follow the white rabbit « (Morpheus)

The question is: do YOU want to enter it (choose the red pill) or keep the illusion- and the suspense- (choose the blue pill)?


You have chosen the red pill.
From now on, you cannot backpedal, you will know the secret of the matrix …

At the dawn of the twenty-first century, Men, in their great arrogance, developed artificial intelligence. Soon, the machines came to power after they realized that the human body produces enough of bioelectricity to ensure their total autonomy. Thus, human beings are grown in huge fields and fed intravenously by the decomposed matter of their dead.
Humanity subsists as well until the time when the film begins, the twenty-second century. Each body is permanently connected to the Matrix via direct connections with their bodies that have been endowed at birth, and their brains are connected to a system that generates an illusion of reality, which is the world we live in today.
Morpheus is the leader of the rebellion against the AI and sees Neo (an anagram of (The) One and in Greek prefix meaning « (the) Chosen one ») as the savior of Zion community that is surviving in the real world and waiting for freedom.

Why this film marked all the emerging cyber-generation that we represent?

Inspired, among others, by the animated movie Animatrix, probably by science-fiction books, with elements borrowed from Tron (1982, ‘Mr. Anderson’ is there already a programmer) and with a central theme (the machine dominating the world’s future) like The Terminator’s one (1984), the Matrix has not been created ex nihilo by the Washowski brothers.
If the purpose is not as revolutionary as it suggests, the genius of the film is actually based on its intelligence to combine as well the form to the topic !
Rarely special effects (‘Oscar winners’ and innovative for its time, with the use of the new technique of ‘bullet time’) have had more meaning, symbols of a world so unreal that we can reshape it without restraint.

A film that captivates you with its beauty, but also with the richness of its scenario, and finally that fascinates you by its force of meaning …

GETTING A Dizzying ABYSS

This is what mark us most: Once the movie, the action past, that’s what’s left : The doubt … of your own existence in this world.
« How do you define real? What you feel, see, taste or breathe, are nothing but electrical impulses interpreted by your brain. « (Morpheus)
But the question goes further: while the virtual games exploded in 1999, it is our own attraction to the virtual world -up to forget the real one- which is emphasized here by the Washowski brothers! Illusion is very attractive compared with what has become the nightmarish reality of the Matrix…But what about OUR materialistic society today: The film seems to be a disguised criticism of our world today, isn’t it?
You shiver… but more from challenge than from fear…

The mystical SAGA of MATRIX

The continued confrontation Neo / Smith is seen as a symbol of the struggle against determinism, standardization, synonymous with infertility and death, and for freedom, diversity, synonymous with life and future.
Matrix uses many well-known mystical and philosophical references, often internalized. The most obvious one that structures Matrix from the beginning to the end, is the allegory of the Cave (Platon), when « man wakes up », contemplating the truth and decides to « go down » again in the illusion to try to wake up those still asleep. Symbol of dreams and illusion: Morpheus (Morpheus, god of dreams), the white rabbit from Alice in Wonderland … Symbol of hope and redemption: the notion of awakening inspired by Buddhism, the Bible (with the chosen one, names as Trinity, Nebuchadnezzar, Zion) …
The film has also generated the book: The Matrix and Philosophy.

« Why do my eyes hurt ? « You see clearly for the first time » (Neo-Morpheus)

Like Neo, we are attracted to this unknown world that yet, seems familiar. We identify with this character fist common and who becomes an icon: we follow him throughout the trilogy, his journey in this struggle for the good in which love seems the only saving weapon in a techno- materialistic world… So, faced with this alarmist and nightmarish vision of the future, it is somewhat reassuring to know that there is still a human resilience: destruction is not inevitable!
Too bad the 2 others films following: Matrix Reloaded and Matrix Revolutions, were not dealing with the same level of reflection prompted by the first movie.

But Matrix remains a visionary work, above all concerning the development of so rich a topic that matches perfectly with the impeccable aesthetic: Cinema has here reached its culmination.
Do not miss this experience, The Matrix has you!

Lise

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

  • Ils nous soutiennent

%d blogueurs aiment cette page :