Fighter


Drame américain de David O. Russell, avec Mark Wahlberg, Christian Bale, Amy Adams, Melissa Leo, durée 1h53.
Synopsis :
Micky Ward est un boxeur prometteur mais dont la carrière ne parvient pas à décoller. Bridé par sa famille outrancièrement possessive et à l’attitude des plus injonctives, ce n’est qu’en rencontrant Charlene qu’il découvre à quel point son frère instable, sa mère maniaque et ses sœurs hystériques forment un environnement néfaste à tout progrès. Que va-t-il choisir, entre la boxe et sa famille ?


_________________________________________________________________________________
Critique :
Pour être franc, j’ai du mal à écrire cette critique. Contrairement à tous les films ce que j’ai vus dernièrement, Fighter laisse une impression bizarre, si complexe et profonde qu’elle est à peine descriptible. Ça transcende tout à fait le simple « ça m’a plu/déplu », à tel point que ma raison critique a vacillé et laissé la place à une sorte de voyeurisme bizarre (eh bien oui, bizarre : il n’y a pas de filles à poil…), un voyeurisme certes compréhensible car propre au statut de spectateur, mais infiniment plus palpable que la plupart des films existants.
Le début un peu poussif laisse présager un de ces films qui, sans doute très beaux aux yeux des grands intellectuels mondains bien-pensants, sont d’un ennui obscène. J’ai vraiment eu peur, en dépit des quelques bonnes choses qui s’annonçaient, entre une histoire familiale improbable et un parcours sportif à l’avenir incertain. Peur que ça finisse comme Somewhere, de Coppola, que ça tombe à plat et que le générique de fin tombe comme un cheveu sur la soupe après un inconfort bien trop long. Cette appréhension était-elle voulue par O. Russell ? Toujours est-il que je n’ai pas, mais alors pas DU TOUT vu venir le plaisir et l’intérêt qui m’envahissaient petit à petit. Ce Micky Ward, son frère extravagant (campé par un Christian Bale absolument méconnaissable, qui a amplement mérité son oscar et ses autres récompenses – Golden globes, NBR award) qui enchaîne connerie sur connerie sans se soucier de leur impact jusqu’à finir en prison, sa mère possessive et irascible, ses sœurs médisantes, sa copine franche et culottée, tous ces personnages caricaturaux finissent par devenir sincèrement attachants, chaque rebondissement résonne comme la cloche sur le ring, tout s’accélère… et là, c’est jubilatoire. Une deuxième partie de film d’une intensité émotionnelle colossale, jusqu’à un final qui vous transporte dans une autre dimension.
La seule véritable question à laquelle je puis répondre, au-delà du simple jugement de valeur, c’est : « Cela vaut-il donc le coup d’aller payer X euros, endurer vingt minutes de publicité, puis un long moment de flottement désagréable – le tout en évitant de s’endormir – pour à peine une heure de divertissement ? » Ma réponse est oui. Parce que cette heure-là, si elle arrive aussi tard, c’est qu’elle se mérite. A vous de voir si vous voulez payer le prix, pour voir du grand cinéma.
_________________________________________________________________________________
Note : 7/10
Thibaut.

The fighter

American drama by David O. Russell, with Mark Wahlberg, Christian Bale, Amy Adams, Melissa Leo, running time: 1h53.
Synopsis:
Micky Ward is a promising boxer but from whom the career does not succeed in taking off. Restrained by his family excessively possessive, only while meeting Charlene whom he discovers in what extent his unstable brother, her obsessive mother and his hysteric sisters are noxious for his training environment. What is he going to choose, fighting or staying near to his family?
_________________________________________________________________________________
Critic:
To be frank, I have difficulty in writing this review. Contrary to all the movies I saw recently, Fighter leaves an awkward impression, so complex and deep it is hard to describe. That completely transcends the simple « I liked/disliked », so that my critical reason vacillated and led to a kind of strange voyeurism (well yes, strange: there were no naked girls), a certainly understandable voyeurism because appropriate for spectator’s status, but infinitely more tangible than most of the existing movies.
The quite wheezing beginning lets augur one of these movies which, doubtlessly very beautiful to the big right-thinking urbane intellectuals, are of an obscene boredom. I was really afraid, in spite of some good things which were off to a good start, between an improbable family story and an uncertain sports career. Afraid that it finished as Coppola’s Somewhere, and that the end credits falls at an awkward moment after a too long discomfort. Was this apprehension wanted by O. Russell? However I had in NO WAY expected the pleasure and the interest that invaded me progressively. This Micky Ward, his extravagant brother – pulled by an absolutely unrecognizable Christian Bale, who amply deserved his Oscar and its other awards – Golden Globes, NBR award – who collects bullshit to bullshit without caring about their impact until he ends up in prison, his possessive and quick-tempered mother, his slanderous sisters, his frank and seasoned friend, all these caricatured characters eventually become sincerely charming, every new development resounds as the bell on the boxing ring, everything accelerates and there, it is jubilant. This second part of the film is of a colossal emotional intensity, up to a final which transports you in another dimension.
The only real question which I may answer, beyond the simple value judgment, is:  » is it worth going to pay X euro, to bear twenty minutes of adverts, then a long moment of unpleasant wavering – while trying not to fall asleep – for barely one hour of entertainment?  » My answer is yes. It arrives so late because it has to be earned. It’s up to you to decide if you want to pay the price to see great cinema.
_________________________________________________________________________________
Mark : 7/10
Thibaut.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

  • Ils nous soutiennent

%d blogueurs aiment cette page :