[Festival de Cannes 2011] Prix d’interprétation féminine : Kirsten Dunst

C’est l’année de la consécration pour Kirsten Dunst. Dévoilée à 13 ans pour son interprétation mémorable d’enfant-vampire (nomination aux Golden Globes) dans Entretiens avec un vampire (1994), où elle tenait l’affiche avec Brad Pitt et Tom Cruise, l’actrice américaine d’origine allemande et suédoise n’a pas perdu son teint féérique et ses yeux de louve. Une des raisons parmi tant d’autres qui explique sa performance impressionnante dans le film Melancholia de Lars Von Tiers, où elle joue au côté de Charlotte Gainsbourg (qui avait raflé le Prix en 2009 pour Antichrist, également du réalisateur danois).
Dans Melancholia (qui sortira en octobre), Kirsten Dunst tient le rôle de Justine, qui vient célébrer son mariage avec Michael (Alexander Skarsgard) dans la riche demeure de sa sœur (Charlotte Gainsbourg) et de son beau-frère. Mais voilà, les noces –bien que somptueuses– sont teintées d’apocalypse. En effet, une étoile rouge se dirige tout droit vers la Terre. C’est la planète Melancholia. Dans ce contexte de fin du monde, et l’alliance à peine autour du doigt, Justine sombre dans une dépression, remettant en question son bonheur.
L’actrice apparaît plusieurs fois nue dans le film, ce qui a – à n’en pas douter – attiré l’œil des médias. Connu pour ses films à l’imagerie explicite, Lars von Tiers parvient également à proposer un film d’une poésie sombre, à fleur de peau. Kirsten Dunst remarquait dans une interview qu’« il est probablement le seul directeur qui soit capable d’écrire de tels rôles pour les femmes. Elles peuvent être à la fois émotives, laides, en désordre. Lars Von Trier n’a pas de cliché. Sur son plateau, je me sentais très vulnérable parce qu’il travaille l’intimité. »
Kirsten Dunst a accédé à la renommée internationale dans le rôle de Mary Jane Watson, la petite-amie de Spiderman dans la trilogie de l’homme-araignée. Néanmoins, l’actrice de 29 ans totalise des apparitions dans un peu plus de 50 films ! On se rappelle notamment de ses rôles dans des films culte – The Virgin Suicides (1999), Eternal Sunshine of the Spotless Mind (2004) – ou dans le Marie-Antoinette (2006) déchaîné de Sofia Coppola. D’autres, encore, auront apprécié ses comédies : Elizabethtown (2005) ou How to Lose Friends and Alienate People (2008). Kirsten Dunst a également réalisé deux court-métrages et vient de tourner Sur la route, de Walter Salles (Diarios de motocicleta), d’après le roman culte de l’écrivain américain Jack Kerouac, film dont la sortie est prévu en décembre 2011. On attend donc avec impatience la fin de l’année…
Ce Prix d’interprétation féminine permet ainsi à Kirsten Dunst de revenir avec panache sur la scène cinématographique, après quatre années discrètes, et confirme son talent exceptionnel.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

  • Ils nous soutiennent

%d blogueurs aiment cette page :