The perfect host

Comédie noire américaine de Nick Tomnay (2010)
Avec David Hyde Pierce et Clayne Crawford.
Durée : 1h33
__________________

Vous rappelez-vous le moment dans Orange Mécanique quand Alex revient, abattu, dans la maison où il a commis un crime plusieurs mois auparavant, pour cette fois-ci devenir le captif de son hôte ? Ou le moment dans Pulp Fiction où Bruce Willis tombe par hasard dans une boutique et découvre rapidement qu’il se retrouve dans le pire endroit à Los Angeles ? Le premier film de Nick Tomnay, The Perfect Host, est construit sur le même genre de prémisse, et il en fait un thriller intelligent et plein d’esprit.

Au début, John Taylor (Clayne Crawford) est en cavale, suite à un cambriolage de banque ayant mal tourné. Il n’a pas l’argent, mais il a bien reçu une balle dans son pied. Les choses empirent quand John s’arrête dans un magasin à la recherche de désinfectant, et se retrouve soudain coincé au milieu d’un holdup. Cherchant un endroit pour se reposer, rassembler ses esprits, et se cacher de la police après avoir entendu son nom à la radio, John se dirige vers un quartier chic à l’autre bout de la ville. Il bonimente un homme riche et bien habillé, Warwick Wilson (David Hyde Pierce), qui l’invite à entrer dans sa maison, en attendant l’arrivée de ses invités pour une soirée dinatoire qu’il organise. Warwick s’avère affable et généreux, et est plus que prêt à aider John ; alors que la toile de mensonges de John menace de se déchirer à chaque instant, Warwick invite John à rester à dîner. Mais lors d’un moment de maladresse, Warwick réalise que son invité n’est pas celui qu’il prétend être. Cependant, John apprend rapidement que Warwick n’est pas nécessairement celui qui est en danger. John s’évanouit après avoir bu du vin additionné de narcotiques, et quand il se réveille, ligoté, découvre que les invités de Warwick –avec qui ce dernier converse gaiement– existent seulement dans la pensée de celui-ci. Bien plus problématique est la routine habituelle que Warwick réserve à ses invités de dernière minute, une routine qui implique des rituels, du sang, et un album maintenu soigneusement.

En dire plus sur le scénario révèlerait des rebondissements intéressants, et bien que tous les détours inattendus du film ne fonctionnent pas nécessairement, le script de Nick Tomnay laisse le spectateur dans le doute quant à où cette histoire, apparemment simple au début, va finir, d’autant plus que presque personne dans l’intrigue se révèle être vraiment ce à quoi l’on s’attendait quand ils nous ont été présentés pour la première fois. John Taylor, l’escroc qui n’est pas aussi intelligent qu’il le croit ou pas aussi bête qu’il le paraît, est le moteur qui fait avancer l’histoire, et Clayne Crawford est enthousiasmant dans le rôle. Mais le film appartient à David Hyde Pierce, qui rafle le spectacle dans le rôle de Warwick Wilson. L’acteur de la série Frasier obtient enfin le rôle principal qu’il mérite dans The Perfect Host, et il rend Warwick marrant et horrifiant, insinuant et déconcertant tout à la fois, et bien que le personnage se délecte d’une psychose à grande échelle, Pierce ne pousse jamais le personnage jusqu’à l’exagération, le contenant suffisamment pour qu’il soit réaliste, ce qui le rend d’autant plus dérangeant. A noter également le rôle, petit mais crucial, de la copine de John, et celui de la voisine sexagénaire de Warwick.

Le cadre de l’action est aussi un grand facteur de succès du film : comme dans Sleuth (2007), où Jude Law et Michael Caine se livraient au jeu du chat et de la souris dans une baraque de rêve, la danse macabre entre Warmick et John se déroule dans une maison somptueuse, une superbe collection de musiques jouant en arrière-plan sur la chaîne hi-fi, ne laissant pas d’intermission à cette fête de tension et d’humour noir.

Ce premier film de Nick Tomnay adopte une structure qui est parfois plus complexe que nécessaire, mais à la fin, tout se tient, et Tomnay réussit la plupart de ses paris. The Perfect Host est un véritable jeu de prévisions et de fausses pistes, qui porte ses fruits grâce à suffisamment de suspense, de rires mal à l’aise, et d’excentricité divertissante, pour en faire un film intelligent, ambitieux et drôle.

Note: 8,5/10

Romain

[youtube:http://www.youtube.com/watch?v=4S1dovoZ6bM%5D
Publicités
Comments
2 Responses to “The perfect host”
  1. cristof dit :

    slt, tu pourrai me dire ou ta réussi a voir ce film? car impossible de trouver le film en VOSTFR merci

  2. Romain dit :

    Moi je les regarde sans sous-titres. Le DVD n’est pas sorti en France. Donc, si tu peux les regarder sans sous-titres (c’est pas très compliqué), la meilleure option me semble la suivante :

    http://www.amazon.com/gp/product/B0052WC7JI/ref=as_li_tf_tl?ie=UTF8&tag=cinedhec-20&linkCode=as2&camp=217145&creative=399373&creativeASIN=B0052WC7JI

    Tu peux le louer (4$, soit la moitié d’une place de cinéma en France) ou l’acheter; dans les deux cas, tu peux télécharger instantanément (t’as pas besoin d’attendre la livraison).

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

  • Ils nous soutiennent

%d blogueurs aiment cette page :