Les Trois Mousquetaires

Les Trois MousquetairesFilm d’aventures américain de Paul W.S. Anderson
avec Logan Lerman, Mila Jovovich, Mads Mikkelsen
Durée : 1h42
____________________
L’Histoire : Paul W.S. Anderson revisite les aventures du jeune et fougueux d’Artagnan, qui devra protéger les intérêts du royaume de France face à l’Angleterre et au sournois Cardinal de Richelieu. Il sera aidé dans cette aventure par le célèbre Trio que forment Aramis, Porthos et Athos.

C’est bon, on l’a trouvé ! La quête fut longue et difficile, mais c’est à la dernière minute que le navet de l’année a été désigné ! Ce fut donc un long parcours, semé d’obstacles et concurrents tous plus féroces les uns que les autres : Cowboys & Envahisseurs, Real Steel… Un combat de Titans ! Mais c’est sans conteste possible que Les Trois Mousquetaires sont désignés comme pire film de l’année 2011.
Si cette énième adaptation des Trois Mousquetaires se veut être bien des choses, il en est une qu’elle n’est absolument pas : Les Trois Mousquetaires. Et le film pourrait bien troubler les rêves paisibles de ce pauvre Alexandre Dumas. Dans ce cauchemar visuel, les mousquetaires sont des ninjas, d’Artagnan a une tête à la Zac Efron, et Milady est tout droit sortie de Resident Evil… Plagiant étonnamment Indiana Jones, Matrix, ou encore Assassins Creed, ce mélange infect n’a aucune saveur. Si la trame globale de l’histoire a été conservée, le tout a été dilué avec la recette du mauvais blockbuster américain… Rien de surprenant donc dans l’histoire, à part la bêtise globale du film, servi par un casting bien peu impliqué… voire grotesque.

L’esprit de Dumas s’est donc complètement évaporé ! Fini la classe générale de l’œuvre avec cette violence reconnue, ce pseudo-roi ridicule, ces personnages maltraités, ces dialogues indignes et indigestes,… Sans parler du recours au fantastique ou à la SF, qui cherche certainement à plagier la recette de succès tels que Pirates des Caraïbes. Le tout parvient finalement à vous écœurer des grosses productions hollywoodiennes. Mais comment un tel gâchis fut possible ?… Guy Ritchie avait pourtant bien réussi à faire revivre avec brio Sherlock Holmes. Car il était parvenu à le renouveler, en respectant l’esprit général de l’œuvre, et sans le violer en plaquant la même logique sucrée de blockbuster américain… En clair, un désastre.

Note : 0,5/10

Pierre.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

  • Ils nous soutiennent

%d blogueurs aiment cette page :