Attack the block

Film d’extraterrestre/Comédie anglaise de Joe Cornish (2011)
Avec Jodie Whittaker, John Boyega, Nick Frost…
Durée: 1h27
_____________________

Alors qu’elle retourne chez elle un soir de festivités, dans le sud de Londres, Sam (Jodie Wittaker), une infermière, est agressée par un gang d’adolescents, mené par Moses (John Boyega). L’attaque est interrompue par l’atterrissage d’un OVNI sur une voiture qui se trouvait à côté. Sam s’échappe, pendant que Moses passe la voiture au crible pour y trouver des objets de valeur. Il est attaqué par la bête tombée du ciel, mais, avec le gang, parvient à la tuer. Espérant obtenir la gloire et l’argent, et hésitant entre vendre l’autopsie de l’extraterrestre au Gardian ou à la presse populaire, les voyous amènent la curieuse carcasse chez Ron, le dealer de la cité. Mais rapidement, d’autres OVNI commencent à tomber du ciel, au milieu des feux d’artifices, remplaçant l’excitation initiale des jeunes délinquants par la terreur ; en effet, ces nouvelles bêtes –au pelage noir profond– sont beaucoup plus grosses, ont des griffes imposantes, et une mâchoire digne de celle d’un requin, avec des crocs bleus fluorescents ! Ces « loups-gorilles » (comme les garçons les appellent) semblent vouloir s’attaquer au HLM du gang, tuant les quelques humains qu’elles trouvent sur leur passage. Commence alors une chasse-à-l’homme à travers le complexe de logements sociaux déserté, le gang d’ados (ayant récupéré Sam sur leur passage) tentant de sauver leur peau tant bien que mal, en dépit de l’incrédulité qu’ils rencontrent devant chaque personne entendant leur folle histoire. Au cours de la nuit, la bataille s’étire des cours publiques et des couloirs où les garçons ont l’habitude d’être craints vers les chambres et les salons où ils sont encore vus comme des enfants. Il est facile de soutenir les gosses étincelants de propreté qui sauvent le monde dans Super 8, mais en est-il de même pour ces jeunes criminels ?

Ce film de science-fiction marque le début à la réalisation de Joe Cornish (qui a participé à l’écriture du scénario de Tintin, actuellement au cinéma). Surtout, il est produit par Big Talk Productions, les studios derrière des classiques de la comédie moderne à la sauce british : Shaun of the Dead, Hot Fuzz, Paul et Scott Pilgrim vs. The World, Avec un tel palmarès, on pouvait s’attendre à un film à nouveau rempli d’humour, d’action et de situations décalées. Pari réussi !

Le panache et l’énergie du film sont indéniables. Une conscience de classes parcourt également le film en filigrane ; regardé après les émeutes s’étant emparer de Londres au mois d’août, le film semble important, prémonitoire. Cela ne veut pas dire que les législateurs anglais devraient regarder Attack the Block avant de décider comment combattre la violence urbaine. Mais le film condamne, sans sermonner quiconque, les deux manières principales que la société emploie pour gérer les pauvres mécontents : les réduire à la soumission en les surveillant excessivement, et prétendre qu’ils n’existent pas. Malgré l’invasion des monstres, seulement un hélicoptère de police a été envoyé sur le lieu ; et une fois sur place, la police traite des garçons comme de la saleté, ce qui n’empêche pas ces derniers de jouer la carte de la victime –« le gouvernement a probablement envoyé ces monstres parce qu’on [les noirs] ne s’entretuait pas assez vite. » Alors qu’Hollywood rate les trois quarts des ses blockbusters d’extraterrestres (Cowboys & Aliens, le dernier Transformers, et est-ce qu’il reste encore quelqu’un qui se souvienne de Battle : Los Angeles ?), il est rafraîchissant de voir que le reste de la communauté mondiale peut prendre le relais, l’Afrique du Sud nous offrant District 9 et le Royaume-Uni contribuant Attack the Block, ces deux derniers films se frottant à des questions de race et de structure de classes – le genre de profondeur de pensée qui échappe à Michael Bay.

Bien sur, aucun film de monstre ne se supporte qu’à son allégorie politique ou sa sensibilité socioéconomique. Attack the Block demande d’être vue simplement parce qu’il nous fait frissonner de plaisir. Sa construction parfaite et son humour aigu en font un des films les plus excitants de l’année. Cornish utilise intelligemment la couleur locale (y compris la lumière blafarde des couloirs destinée à réduire la facture d’électricité du bâtiment) pour amplifier le danger d’une scène, puis coupe à une scène de fumage de joints (grâce à Nick Frost, co-star de Shaun of the Dead, qui joue le dealer de beuh) juste suffisamment longtemps pour nous rappeler ce qu’est un intervalle comique.

Le jeu laconique du nouveau-venu John Boyega traduit une plus grande décence que son apparence d’ado en colère laisse croire. Il y a du regret dans ces yeux, quand il comprend qu’il n’aurait pas du tuer cette première bête tombée du ciel. Mais il y a aussi une détermination à accepter les conséquences, pas seulement de subir le châtiment, mais de commencer à payer sa dette.

De même, les autres jeunes acteurs qui l’entourent rendent le gang plus attachant que menaçant, faisant preuve d’une plus grande maturité et humanité face au péril qu’ils encourent.

Joe Cornish n’excuse pas les actions anarchiques de ces adolescents, et il ne suggère pas non plus que nous ne devrions pas les condamner ; il nous force simplement à les voir comme des personnes plutôt que comme des objets narratifs, puis à sympathiser avec eux dans leur lutte pour la survie.

Joyeux mélange d’action, d’humour et d’aliens, saupoudrés de suspense, provocant et original tout en ne cachant pas ses influences, Attack the Block est un film à ne pas louper.

Note : 8,5/10.

Romain

[youtube:http://www.youtube.com/watch?v=cD0gm7dHKKc%5D
Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

  • Ils nous soutiennent

%d blogueurs aiment cette page :