Mission impossible, protocole fantôme

Des plus philosophes aux plus grands cancres coincés au fond de la classe, chacun se demande ce qu’il y a entre le possible et l’impossible,… Certains, et les plus perspicaces, répondront le « possimpible », cela va de soi. Mais la saga Mission Impossible qui a démontré plus d’une fois la possibilité de l’impossible, et son impossible possibilité, n’est pas sans regorger d’arguments. Elle s’apprête à reproduire aujourd’hui même l’équation sur grand écran, le tout en Imax bien évidemment. En dépit des difficultés financières pour produire cette quatrième mission de l’agence Mission Impossible, Tom Cruise est finalement parvenu à renfiler la tenue de l’agent spécial Ethan Hunt, pour obéir aux ordres du talentueux Brad Bird. Alors, Mission accomplie ?

A première vue, Mission Impossible –Protocole Fantôme- semble bien la mission la plus compliquée de la saga. On redoutait à juste titre la répétition et l’absence de renouveau dans une série qui semblait s’essouffler depuis longtemps. Mais sous la casquette de Brad Bird, le génialissime papa des Indestructibles, le résultat, bien que mitigé, est tout à fait convaincant. Alors oui, la trame globale, retrouvée dans le coffre-fort perdu d’un scénariste de l’ère du téléphone rouge, est vieillotte ; oui le scénario est par moment incohérent ; oui Tom Cruise ne donne que dans le Tom Cruise,… mais malgré tout ce Protocole Fantôme explose de dynamisme !

De l’action digne d’une publicité Coca Cola Zéro, d’ailleurs partenaire du film, vous en aurez à volonté. Russes, Américains, Français, Indiens,… tout ce petit monde se castagne dans des séquences de haut vol des plus réussies. Brad Bird en plantant notamment le décor à Dubaï apporte à la saga l’exotisme qui lui manquait et explore une nouvelle esthétique, tout en nous livrant des scènes littéralement vertigineuses. Car Tom Cruise jouant aux Ice Climbers sur la plus haute tour du monde ne peut que vous laisser scotché à votre fauteuil. Voilà donc un MI4 plus innovant qu’il n’y paraît, servi par une équipe de grand talent. Chapeau bas à l’excellent Simon Pegg, qui parvient avec brio à apporter fraicheur et humour à la saga, en laissant l’aspect guerrier au second plan. En dépit de l’apparition (trop) fréquente des produits d’Apple, c’est bien un film à l’ancienne. Délaissant grandement les effets numériques, et misant plus sur les effets spéciaux techniques c’est un virage à 180° pour Brad Bird.

Au final, si Tom Cruise reste Tom Cruise, Brad Bird réussi l’exercice du « film live », et redonne du souffle à la saga Mission Impossible. C’est donc une mission accomplie pour Brad Bird, même si le film suit un schéma des plus classiques. Flirtant un peu trop avec le James Bond, d’aussi bonne facture qu’il soit, il est sans doute temps pour Ethan Hunt de songer à la retraite…

Pierre

[youtube:http://www.youtube.com/watch?v=V0LQnQSrC-g%5D

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

  • Ils nous soutiennent

%d blogueurs aiment cette page :