Essential Killing

Essential Killing

Thriller polonais de Jerzy Skolimowski (2010)

Avec Vincent Gallo

Durée : 1h23

Réduit à l’essentiel, Essentiel Killing est un film de poursuite presque existentiel dans sa brutalité et littéralement silencieux dans son déroulement – juste un homme poursuivi réduit par les circonstances à un état primitif. Mais vêtu d’idéologie, le film acquière une couche de controverse centrée sur la guerre en Afghanistan, la politique américaine de transfert des prisonniers, et la complaisance suspectée de certains pays d’Europe de l’Est dans la promotion de cette politique. On pourrait creuser la controverse, mais elle pâlit face au message plus général du film – la certitude que les politiques qui mènent à la guerre mènent à leur tour à un comportement atavique. Lorsque tuer devient essentiel, on devient des animaux, effrayés and effrayants.

Jerzy Skolimowski, le réalisateur polonais d’Essential Killing, a créé une expérience où la vérité est dans l’œil du spectateur, utilisant des méthodes minimalistes pour un maximum d’effets. Double vainqueur au Festival du Cinéma de Venise en 2010 (Meilleur Acteur et Prix Spécial du Jury), Essential Killing peut être vu comme un thriller existentiel illustrant comment la violence engendre la violence.

Le film commence au milieu d’un paysage désertique escarpé en Afghanistan, vu d’un hélicoptère armé, avant de nous amener à un homme barbu, peut-être un soldat taliban, acculé dans une grotte. Son bazooka fuse, trois soldats américains meurent, et l’homme est capturé par les forces américaines, encapuchonné, emprisonné, torturé, puis transféré par avion dans un pays européen –probablement la Pologne. A l’arrivée, la jeep dans laquelle il est transporté sort de la route par un malencontreux accident, et s’écrase. Les soldats du reste du convoi militaire sont prompts à descendre évaluer les dégâts, éclairant la nuit de leur lampes torche. L’homme s’échappe, et la chasse commence.

L’endroit dans lequel il s’échappe est un nouveau paysage vaste et étranger, mais dramatiquement différent : des bois enneigés et interminables, en plein milieu de l’hiver. C’est à ce moment là que la politique s’évapore et que la brutalité de cette histoire de survie commence, traçant la descente d’un homme dans une existence pré-civilisée. Justifiant cet agenda métaphorique, Skolimowski propose des images très fortes d’un homme qui ne reculera devant rien pour survivre.

L’intensité est indéniable. Quoi qu’il ait fait auparavant, l’homme n’est certainement plus innocent maintenant. Confronté à la maxime « tuer-ou-être-tué », la proie doit se transformer en prédateur. Les images –le blanc infini, et le rouge vif du sang– sont basiques, et s’étendent aux animaux de la forêt (un caribou, des cerfs, une meute de chiens sauvages…), tantôt âmes sœurs, tantôt menaces potentielles. Mais eux sont chez eux, tandis que lui est à des milliers de kilomètres de sa patrie (à laquelle il est fait allusion par des flashbacks). Pire, même si l’homme échappe le froid, la faim et ses poursuivants, la civilisation derrière ces bois est fermée à lui, juste un autre environnement étranger.

L’homme, jamais nommé, est joué de manière envoutante par Vincent Gallo, sans le bénéfice du dialogue –pas un seul mot parlé. Bien sûr, c’est inévitable considérant sa condition atavique, où le langage n’est plus pertinent. Du coup, l’interprétation de Gallo est purement physique et gutturale, communiquant les seules émotions possibles à l’état primaire – des regards apeurés incessants et des cris aigus de douleur. On sent que c’est là une interprétation pour laquelle il a souffert. A cet égard, le film est une ode à la nature rebelle de son acteur et de son réalisateur, qui l’a suivit à travers ces bois gelés, caméra à l’épaule.

Sonnant comme une sentence, Essential Killing est un film fulgurant sur la folie de l’homme –pas facile à apprécier, mais encore plus dur à ignorer.

Note : 8/10

Romain.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

  • Ils nous soutiennent

%d blogueurs aiment cette page :