The Descendants

The Descendants

Comédie dramatique d’Alexander Payne (2012)

Avec George Clooney

Durée : 1h50

Matt King (George Clooney) est un avocat basé à Honolulu, chargé par sa famille de mettre en vente un terrain de 10 000 hectares d’une beauté naturelle immaculée, héritée d’une ancêtre qui était une princesse hawaïenne. Le trust familial s’apprête à décider sur la vente de la propriété à un promoteur immobilier local. Au même moment, la femme de Matt, Elizabeth, tombe dans le coma suite à un accident de bateau.

Matt, qui se réfère lui-même comme le « parent de rechange », n’est pas très proche de ses deux filles, Scottie -10 ans- et Alex -17 ans-, et doit apprendre à gérer leurs mauvais comportements. Apprenant que le coma de sa femme est définitif, Matt doit respecter son testament et la déconnecter très prochainement du respirateur artificiel. Il explique ainsi à Alex (mais pas à Scottie) que sa mère ne se rétablira pas et doit mourir. Sa fille rebelle lui révèle en échange qu’Elizabeth le trompait, avec Brian Speer, un agent immobilier.

La suite de l’histoire navigue de la comédie au drame avec aisance ; d’une part la curiosité de Matt l’amène à prendre l’avion avec ses filles et un copain d’Alex sur une île voisine pour découvrir qui est ce mystérieux Brian Speer; d’autre part il a la triste tâche d’annoncer la mort prochaine d’Elizabeth à sa famille et à leurs amis proches. Pendant tout ce temps, il semble que Matt et Alex sont fâchés contre Elizabeth, n’hésitant pas à lancer des invectives à son corps cadavérique sur le lît d’hôpital. Leur vie est un désordre, mais le rapprochement entre le père et ses filles va leur permettre de se réconcilier avec leurs émotions, et à Matt de devenir un meilleur père.

The Descendants est un film sur la famille ; ce que certains feront pour briser la leur, ou pour la souder. Qui dit famille dit aussi héritage, autre valeur importante du film, que Matt va apprendre à protéger.

Matt King est joué à merveille par un George Clooney vieillissant et un peu paumé, loin de l’homme fort de ses précédents films. Lui seul pouvait représenter à l’écran la complexité des sentiments associés à sa situation. Sa prestation est touchante. L’autre personnage principal, c’est Hawaii, dont les maux et l’histoire tissent la trame du film. Même si Alexander Payne annonce la couleur dès le début –à savoir qu’Hawaii n’est pas l’image du paradis que l’on s’en fait–, il n’hésite pas à utiliser allègrement certains clichés (il ne va pas me dire que tout le monde à Hawaii met des chemises hawaïennes ?).

Au final, The Descendants est un film assez classique mais qui reste un (très ?) bon film. Le succès de Sideways (2004), le précédent film d’Alexander Payne, est répliqué. Le film n’a rien d’exceptionnel, mais les acteurs sont très bons et le scénario évite l’écueil du mélodramatisme pour trouver l’humour dans cette triste situation familiale. Si vous cherchez des pleurs et un film encore plus touchant, regardez The Boys Are Back (2009 ; avec Clive Owen), dont l’histoire est très similaire.

Note : 8,5/10

Romain.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

  • Ils nous soutiennent

%d blogueurs aiment cette page :